Toutefois, les assistants virtuels font bien plus que de la simple prise de rendez-vous. La firme québécoise Ellipse Synergie, de Chicoutimi, a conçu la technologie ISA_, un assistant virtuel polyvalent. Son système d’aide psychologique a déjà été adopté par l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec et sera utilisé dès janvier dans tout le système scolaire québécois. Un jeune est victime d’intimidation? Il pourra en parler à l’assistant virtuel, une démarche plus facile que le fait de s’ouvrir à un intervenant scolaire, estime le cofondateur d’Ellipse Synergie, Louis-Raphaël Tremblay.
C’est en prenant conscience de ce besoin que des entreprises telles que Zeero Pro propose son aide aux entreprises à la recherche d’un système permettant de dématérialiser leurs documents. Cette solution combine plusieurs systèmes ayant comme objectif de contrôler, de sécuriser, de partager les données dans un cloud en ligne. Chaque entreprise aura à sa disposition un outil qui leur ouvrira la porte à de nouvelles perspectives, surtout pour atteindre l’objectif qu’elle s’est fixée. Alors, à vous de choisir le concept qui correspond le plus aux besoins de votre entreprise.

Les bots sont au service des consommateurs en mettant à leur disposition les connexions data. À l’aide d’un bot, un consommateur peut souscrire à un abonnement automatisé et peut obtenir des informations en temps réels sur la météo ou sur des statistiques de vente. Par exemple, l’outil Sicaia propose des robots interactifs et conversationnels ou Chatbot pour répondre aux attentes et aux besoins des internautes et des mobinautes.
Les principales limites d’un système d’assistant virtuel se situent autour de contraintes principalement techniques. Il y a plusieurs solutions clé en main en ligne qui peuvent vous permettre de vous lancer dans l’aventure sans avoir à rentrer dans des détails trop techniques ou d’opter pour des solutions trop lourdes ou trop coûteuses pour votre entreprise. Cependant, il faut comprendre que plus le bot que vous proposerez à vos utilisateurs sera « intelligent » et donc adapté aux services que vous proposez et à votre secteur d’activité, plus il sera pertinent et efficace pour vos ventes.
Il peut s’agir d’un abonnement automatisé comme la météo, de messages personnalisés comme les notifications d’envoi ou les confirmations de commande. Pour l’instant, les fonctionnalités d’un bot sont encore assez basiques, mais comme il s’agit d’un appareil pourvu d’une intelligence artificielle, il est amené à se développer au cours des années à venir.
Bien qu’un assistant virtuel ne soit pas un employé à temps plein, il peut efficacement vous assister dans la gestion de votre activité tout en vous évitant les contraintes financières liées à l’embauche d’un salarié permanent. Par ailleurs, les frais relatifs aux services d’assistanat virtuel sont des charges professionnelles déductibles du revenu imposable.
Dans la vie de toute société (peu importe sa taille), certaines tâches récurrentes peuvent être considérées comme chronophages et ainsi empêcher de se concentrer sur le cœur de métier de l’entreprise. Embaucher un assistant personnel pour les effectuer peut être une solution. Mais cela reste très onéreux en termes de charges. Aujourd’hui, il est beaucoup plus rentable de faire appel à une société offshore pour externaliser ces tâches. Ce partenaire mettra à votre disposition un assistant virtuel auquel vous pourrez sous-traiter différentes missions et ainsi optimiser votre activité et vous concentrer sur les tâches essentielles.
Une fois que vous aurez engagé votre assistant virtuel, que ce dernier se sera familiarisé avec les tâches à accomplir (grâce à la documentation que vous lui aurez fournie), et que vous aurez défini vos canaux de communication préférés (Skype, Google Hangout, e-mail, Slack, etc.), vous devrez vous assurer de ne fournir à votre nouvelle recrue qu'un accès limité à votre boutique en ligne — ou tout autre outil ou service devant être utilisé pour accomplir le travail.
Dans ma pratique de conseiller en services financiers, j’ai utilisé pendant plusieurs années un assistant virtuel pour offrir un service personnalisé à mes clients. Il me rappelait les dates d’échéances des certificats de dépôt, celles du renouvellement hypothécaire, l’expiration des frais de rachat et plusieurs autres dates importantes pour ma clientèle. Ce que je vous propose est plus qu’un simple agenda, c’est un système de gestion de la clientèle.
Un assistant virtuel est le collaborateur d’une entreprise qui fournit ses services à distance. Il peut être rattaché à n’importe quel département et plusieurs missions peuvent lui être confiées. Il est courant que l’employeur lui demande d’effectuer des opérations chronophages telles que les saisies ou les mises à jour de ses bases de données. L’assistant virtuel peut également assurer les tâches administratives ou de secrétariat comme la gestion des emails, l’organisation des agendas, le classement électronique des documents.
La rapidité de réponse est aussi un avantage imparable. Lorsque le prospect est en phase de recherche, il a besoin d’informations en temps réel. L’assistant virtuel permet d’éviter cette latence tout en garantissant la continuité de l’intérêt du visiteur, et ce chaque jour et à toute heure. Et c’est d’autant plus important pour un service client lorsque la personne recherche une information technique ou rencontre une difficulté particulière. L’assistant virtuel va permettre de traiter le problème rapidement, tout en limitant au maximum la frustration de vos clients.
Évidemment, toutes les informations que vous allez recueillir lors d’une conversation ne peuvent être reportées dans le gestionnaire, où doit figurer seulement l’essentiel. Pour le reste, vous utiliserez simplement un cahier dont vous numéroterez les pages. Il suffira ensuite d’attribuer un numéro de page à chaque client dans votre assistant virtuel.
Un assistant personnel est un atout pour réussir à manager efficacement son business ainsi que sa vie privée. Il a pour principale fonction d’organiser les rendez-vous et les différents déplacements professionnels, de rédiger, de préparer des dossiers et des rapports, de rechercher des informations et de collecter des données pour aider dans une prise de décision.

Cependant, cette technologie n’est pas là pour «voler» des emplois. «On veut faire mousser le concept de technologie bienveillante qu’on utilise pour faire le bien. On parle souvent des aspects qui font peur, mais on oublie tout l’aspect positif de la techno. Pourtant, il est important.» Des assistants virtuels bienveillants seront légion d’ici 10 à 15 ans, selon Louis-Raphaël Tremblay. «Le concept peut être poussé à l’infini. On peut obtenir de la rétroaction, peu importe le domaine et le nombre de rencontres. C’est un énorme avantage à long terme.»


Cette réalité est déjà à nos portes, comme en témoigne la technologie Julie Desk, conçue par une firme française. L’avantage d’un assistant virtuel? Il est disponible en tout temps, ne nécessite aucun espace physique et se rentabilise rapidement. L’abonnement à Julie Desk coûte 3000$ par année, soit bien moins qu’un assistant, même à temps partiel.
Pour ce qui est de la gestion du service client, de la gestion des profils sociaux et des autres tâches qui demandent que l’assistant virtuel communique directement avec les clients, les partenaires ou les vendeurs, il vous faudra passer en revue les anciennes interactions et créer des scripts ou des « modèles de réponses » pour chaque scénario fréquent — p.ex un client qui demande une mise à jour concernant sa commande ou qui souhaite se faire rembourser.
Toutefois, les assistants virtuels font bien plus que de la simple prise de rendez-vous. La firme québécoise Ellipse Synergie, de Chicoutimi, a conçu la technologie ISA_, un assistant virtuel polyvalent. Son système d’aide psychologique a déjà été adopté par l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec et sera utilisé dès janvier dans tout le système scolaire québécois. Un jeune est victime d’intimidation? Il pourra en parler à l’assistant virtuel, une démarche plus facile que le fait de s’ouvrir à un intervenant scolaire, estime le cofondateur d’Ellipse Synergie, Louis-Raphaël Tremblay.

site de l'agence chatterpal

×