National advertising powered by Mediative.com. Yellow PagesTM, Walking Fingers & DesignTM, YP.caTM, Find. & DesignTM, YellowPages.caTM, Canada411TM and YP ShopwiseTM are trademarks of Yellow Pages Digital & Media Solutions Limited in Canada. All other trademarks are the property of their respective owners. Copyright © 2018 Yellow Pages Digital & Media Solutions Limited. All Rights Reserved.
Les assistants virtuels font couler beaucoup d’encre actuellement dans le monde du marketing en ligne. Mais cette technologie est-elle adaptée à votre entreprise et à votre activité ? Comment savoir si le retour sur investissement sera vraiment à la hauteur de vos ambitions ? Ce n’est pas un hasard si de plus en plus d’entreprises de tout horizon font confiance à cette technologie d’assistant virtuel. Mettre en place ce type de logiciel peut avoir beaucoup d’avantages pour une compagnie présente sur le web :
Si, dans le domaine administratif, un assistant virtuel peut facilement remplacer un être humain pour prendre les rendez-vous et faire le suivi du courrier, Louis-Raphaël Tremblay estime que dans le champ de la relation d’aide, les assistants virtuels seront plutôt un outil de plus pour les intervenants. «On décuple les possibilités et on donne plus de bras aux intervenants. Ce n’est pas dans une optique de remplacement qu’on développe cette technologie», affirme-t-il.
La rapidité de réponse est aussi un avantage imparable. Lorsque le prospect est en phase de recherche, il a besoin d’informations en temps réel. L’assistant virtuel permet d’éviter cette latence tout en garantissant la continuité de l’intérêt du visiteur, et ce chaque jour et à toute heure. Et c’est d’autant plus important pour un service client lorsque la personne recherche une information technique ou rencontre une difficulté particulière. L’assistant virtuel va permettre de traiter le problème rapidement, tout en limitant au maximum la frustration de vos clients.
Des exemples de tâches pouvant être déléguées ? La gestion des réseaux sociaux et des campagnes e-mailing, la modération des commentaires, la dynamisation de l’engagement client, le rapport de la performance, le SEO, la veille concurrentielle, la création et l’optimisation de campagnes PPC (sur les principales plateformes publicitaires en ligne), etc.
L’offshoring est idéal pour que chaque salarié de l’entreprise se focalise sur ses missions principales. Il ne perd plus de temps à effectuer des classements ou à faire des saisies. L’externalisation de la gestion de la relation client est également une tâche que l’on peut confier à un opérateur à distance. Il peut par exemple assurer un support technique aux usagers à travers une hotline. Il est aussi possible de lui demander la prise en charge des dossiers pour qu’il réponde aux questions des clients, qu’il les aide ou les conseille.

Dans un monde où parler à son Smartphone est devenue monnaie courante, les assistants virtuels sur les sites web ou « Chatbots » sont de plus en plus nombreux et ne cessent d’évoluer. Et c’est donc tout naturellement que les entreprises du web s’efforcent de rejoindre cette tendance en appliquant ces mêmes principes et ces techniques à leur stratégie marketing. Pour beaucoup, les Chatbots représentent véritablement l’avenir du service sur Internet, d’autant plus avec la progression des technologies liées à l’intelligence artificielle et à la reconnaissance vocale. Alors, comment ce type de technologie peut-elle épauler votre entreprise dans sa vie quotidienne ? Quels sont les avantages réels et surtout, quelles limites peut-on rencontrer lors de l’implémentation d’une telle solution ?
L’offshoring est idéal pour que chaque salarié de l’entreprise se focalise sur ses missions principales. Il ne perd plus de temps à effectuer des classements ou à faire des saisies. L’externalisation de la gestion de la relation client est également une tâche que l’on peut confier à un opérateur à distance. Il peut par exemple assurer un support technique aux usagers à travers une hotline. Il est aussi possible de lui demander la prise en charge des dossiers pour qu’il réponde aux questions des clients, qu’il les aide ou les conseille.
L’avènement des scribes médicaux a permis aux médecins de se concentrer désormais sur le dialogue avec leurs patients. Avec un scribe en place, un médecin n’a plus à se déplacer constamment vers un écran d’ordinateur et un clavier. Au lieu de cela, le médecin peut se concentrer sur les aspects importants des soins aux patients : écouter et conseiller. Cette approche rassure le patient sur le fait que le médecin y prête attention et qu’elle conduit à une plus grande satisfaction du patient, un produit essentiel que tous les médecins cherchent à maximiser.

La difficulté première réside donc dans l’apprentissage du langage pour le Chatbot ou ce que l’on appelle le NLP (Natural Language Processing) grâce auquel on pourra programmer un interpréteur sémantique, permettant au bot de reconnaître les requêtes et d’y répondre en conséquence, voire d’apprendre de nouvelles requêtes au fur et à mesure des demandes. Mais plus les demandes des visiteurs seront originales ou spécifiques, plus il sera difficile pour l’assistant virtuel d’y répondre correctement si celles-ci n’ont pas été anticipées au préalable. Bien sûr, avec la progression des technologies d’intelligence artificielle, on peut envisager une progression du système avec le temps. Mais la technologie autour du NLP et des assistants virtuels est encore loin d’être mature sur le marché. Le risque ? Des bugs, des incohérences, voire même une certaine confusion des utilisateurs les moins avertis.

chatterpal

×