Les bots sont au service des consommateurs en mettant à leur disposition les connexions data. À l’aide d’un bot, un consommateur peut souscrire à un abonnement automatisé et peut obtenir des informations en temps réels sur la météo ou sur des statistiques de vente. Par exemple, l’outil Sicaia propose des robots interactifs et conversationnels ou Chatbot pour répondre aux attentes et aux besoins des internautes et des mobinautes.
Toutes ces économies s’accumulent rapidement et les médecins ont ainsi la possibilité d’investir davantage de leurs bénéfices dans l’amélioration de leur pratique. Et, étant donné que cet investissement apporte des avantages supplémentaires à une pratique, il n’est pas surprenant que de plus en plus de médecins se tournent vers des scribes virtuels pour tirer parti de ces améliorations.
efficacement que jamais auparavant, mais cela a également entraîné une charge de travail apparemment impossible pour les médecins. En particulier, les tâches administratives liées à la récupération et à l’enregistrement des informations sur les patients se sont révélées être un obstacle majeur pour les médecins qui fournissent le niveau de soins primaires dont ils sont capables. Heureusement, l’aide est à portée de main sous la forme d’un scribe virtuel.

La difficulté première réside donc dans l’apprentissage du langage pour le Chatbot ou ce que l’on appelle le NLP (Natural Language Processing) grâce auquel on pourra programmer un interpréteur sémantique, permettant au bot de reconnaître les requêtes et d’y répondre en conséquence, voire d’apprendre de nouvelles requêtes au fur et à mesure des demandes. Mais plus les demandes des visiteurs seront originales ou spécifiques, plus il sera difficile pour l’assistant virtuel d’y répondre correctement si celles-ci n’ont pas été anticipées au préalable. Bien sûr, avec la progression des technologies d’intelligence artificielle, on peut envisager une progression du système avec le temps. Mais la technologie autour du NLP et des assistants virtuels est encore loin d’être mature sur le marché. Le risque ? Des bugs, des incohérences, voire même une certaine confusion des utilisateurs les moins avertis.

chatterpal

×