Les assistants virtuels font couler beaucoup d’encre actuellement dans le monde du marketing en ligne. Mais cette technologie est-elle adaptée à votre entreprise et à votre activité ? Comment savoir si le retour sur investissement sera vraiment à la hauteur de vos ambitions ? Ce n’est pas un hasard si de plus en plus d’entreprises de tout horizon font confiance à cette technologie d’assistant virtuel. Mettre en place ce type de logiciel peut avoir beaucoup d’avantages pour une compagnie présente sur le web :
Cependant, cette technologie n’est pas là pour «voler» des emplois. «On veut faire mousser le concept de technologie bienveillante qu’on utilise pour faire le bien. On parle souvent des aspects qui font peur, mais on oublie tout l’aspect positif de la techno. Pourtant, il est important.» Des assistants virtuels bienveillants seront légion d’ici 10 à 15 ans, selon Louis-Raphaël Tremblay. «Le concept peut être poussé à l’infini. On peut obtenir de la rétroaction, peu importe le domaine et le nombre de rencontres. C’est un énorme avantage à long terme.»
On appelle assistant virtuel sur un site ou Chatbot un logiciel capable de mener une conversation avec un visiteur sur le web, tout en lui proposant des informations en réponse à ses demandes via un accès au serveur de l’entreprise. Un Chatbot est initialement un logiciel permettant de discuter par textes, mais les évolutions en termes d’assistants par voix poussent les entreprises à innover dans un nouveau type d’outil adapté à ces nouvelles utilisations.
La facilité d’utilisation est le premier bénéfice que les utilisateurs trouvent en général à un Chatbot. En effet, ce type d’assistant en ligne leur permet d’éviter la tâche laborieuse de trouver un numéro de téléphone ou le courriel de l’entreprise pour pouvoir répondre à leurs questions. Avec un assistant virtuel, nul besoin de parcourir le site ou d’installer un quelconque logiciel, tout se fait en ligne très simplement.
Les principales limites d’un système d’assistant virtuel se situent autour de contraintes principalement techniques. Il y a plusieurs solutions clé en main en ligne qui peuvent vous permettre de vous lancer dans l’aventure sans avoir à rentrer dans des détails trop techniques ou d’opter pour des solutions trop lourdes ou trop coûteuses pour votre entreprise. Cependant, il faut comprendre que plus le bot que vous proposerez à vos utilisateurs sera « intelligent » et donc adapté aux services que vous proposez et à votre secteur d’activité, plus il sera pertinent et efficace pour vos ventes.
Contrairement aux freelances ou aux salariés habituels qui possèdent des compétences spécialisées et qui gèrent généralement des projets de moyenne à grande envergure, les assistants virtuels possèdent surtout des compétences générales — dans plusieurs domaines, y compris parfois le marketing, la communication ou le design — qui leur permettent d’accomplir avant tout des tâches isolées.

On appelle assistant virtuel sur un site ou Chatbot un logiciel capable de mener une conversation avec un visiteur sur le web, tout en lui proposant des informations en réponse à ses demandes via un accès au serveur de l’entreprise. Un Chatbot est initialement un logiciel permettant de discuter par textes, mais les évolutions en termes d’assistants par voix poussent les entreprises à innover dans un nouveau type d’outil adapté à ces nouvelles utilisations.

mises a niveau chatterpal


Une fois que vous aurez publié votre offre d’emploi, vous pourrez prendre contact avec des recrues potentielles et les inviter à soumettre leur candidature, ou attendre de recevoir des réponses de façon organique. Assurez-vous de vous entretenir avec les candidats sur Skype ou Google Hangouts pour vérifier qu’ils possèdent bien les compétences que vous recherchez, et n’oubliez pas d’évaluer la performance du rendement de leurs collaborations avec leurs anciens clients en consultant leur profil.
Les coûts des services d’assistanat virtuel varient, et en général, les assistants virtuels qui résident en Europe ou en Amérique du Nord facturent des prix plus élevés. Plusieurs assistants facturent leurs services sur la base d’un tarif horaire, d’autres facturent par tâche ou projet, et il y en a également certains qui acceptent de négocier un prix forfaitaire pour un nombre déterminé d’heures.
Les assistants virtuels sont littéralement adaptés à tous les secteurs : que votre entreprise évolue autour d’un commerce en ligne de vêtements ou de services financiers, tout est possible et on peut tout à fait imaginer un développement de logiciel sur mesure qui s’adapterait à vos contraintes et à vos objectifs propres. Quel que soit votre secteur d’activité et votre mode de fonctionnement, il ne tiendra qu’à vous d’imaginer une solution qui s’adaptera à votre système d’organisation interne et qui aura la capacité de se lier à votre serveur informatique et à votre logiciel de CRM par exemple.
La difficulté première réside donc dans l’apprentissage du langage pour le Chatbot ou ce que l’on appelle le NLP (Natural Language Processing) grâce auquel on pourra programmer un interpréteur sémantique, permettant au bot de reconnaître les requêtes et d’y répondre en conséquence, voire d’apprendre de nouvelles requêtes au fur et à mesure des demandes. Mais plus les demandes des visiteurs seront originales ou spécifiques, plus il sera difficile pour l’assistant virtuel d’y répondre correctement si celles-ci n’ont pas été anticipées au préalable. Bien sûr, avec la progression des technologies d’intelligence artificielle, on peut envisager une progression du système avec le temps. Mais la technologie autour du NLP et des assistants virtuels est encore loin d’être mature sur le marché. Le risque ? Des bugs, des incohérences, voire même une certaine confusion des utilisateurs les moins avertis.

chatterpal

×