Viaprestige Externalisation est une société de services offshore basée au Maroc. Tous les assistants personnels qu’elle met à la disposition de ses clients ont suivi une formation francophone et ont les mêmes compétences qu’en France. Par contre, ils sont soumis à la législation marocaine concernant le droit du travail : un temps de travail hebdomadaire plus important, un salaire minimum moins élevé, des congés payés moins nombreux. D’ailleurs, Viaprestige ne facture pas à ses clients les jours de congés et garantit le remplacement de votre interlocuteur par une personne de même niveau. Enfin, le décalage horaire est d’une ou deux heures avec la France, ce qui permet une collaboration aux heures habituelles de travail sans aucune difficulté.
Mettre en place un assistant virtuel sur son site web peut aussi avoir un objectif de notoriété. Les Chatbot représentent une réelle avancée technologique et il est toujours bon pour une marque de se montrer à la hauteur des évolutions du marché et à la fine pointe de la technologie. De plus, les prouesses technologiques en termes de reconnaissance vocale et d’intelligence artificielle dans son ensemble sont au cœur de toutes les tendances actuelles et par conséquent, les assistants virtuels sont une pratique qui n’est pas prête de s’arrêter du jour au lendemain. C’est donc un véritable pari sur le futur et un réel investissement pour une entreprise qui souhaite mettre en avant l’innovation dans sa stratégie marketing.
Selon lui, l’être humain n’est pas conçu pour analyser une grande quantité de données, une tâche qu’il vaut mieux laisser aux machines. Mieux vaut se concentrer sur la plus grande force de l’être humain: la prise de décision. «C’est l’humain qui est vraiment capable de décider quel geste poser, quelle intervention faire», poursuit Louis-Raphaël Tremblay.

Évidemment, faire appel à un assistant virtuel est une décision délicate à prendre. Des informations confidentielles seront en effet remises entre les mains d’un parfait inconnu. C’est la raison pour laquelle il est important de bien choisir son employé virtuel. Celui-ci doit être honnête, sûr, compétent et surtout sérieux. Faire appel à un prestataire reconnu situé au Maroc est une excellente solution pour s’assurer des services fiables et haut de gamme. Ces agents répondent en effet à des critères stricts avant d’intégrer l’équipe de l’entreprise. Ils sont francophones, diplômés et réactifs. Toutes les missions qui leur sont confiées sont réalisées dans les délais déterminés avec une qualité de travail optimale. Les consignes sont suivies à la lettre pour toujours garantir la satisfaction de la clientèle. Enfin, les clauses de confidentialités sont constamment respectées et les informations ne risquent pas d’être dévoilées à des tiers.
Si vous êtes quelqu’un d’assidu et que vous êtes disposé à engager un assistant qui réside dans un autre pays, vous serez en mesure de trouver une excellente ressource pour un tarif aussi bas que 3 € à 5 € par heure — qui pourra par exemple gérer votre support client. Le tarif dépendra également des types de tâches que vous souhaitez externaliser. Gardez cependant à l’esprit que le prix reste un indicateur fiable de qualité et qu’il vous faut toujours soumettre la recrue potentielle à un processus d’embauche.

La difficulté première réside donc dans l’apprentissage du langage pour le Chatbot ou ce que l’on appelle le NLP (Natural Language Processing) grâce auquel on pourra programmer un interpréteur sémantique, permettant au bot de reconnaître les requêtes et d’y répondre en conséquence, voire d’apprendre de nouvelles requêtes au fur et à mesure des demandes. Mais plus les demandes des visiteurs seront originales ou spécifiques, plus il sera difficile pour l’assistant virtuel d’y répondre correctement si celles-ci n’ont pas été anticipées au préalable. Bien sûr, avec la progression des technologies d’intelligence artificielle, on peut envisager une progression du système avec le temps. Mais la technologie autour du NLP et des assistants virtuels est encore loin d’être mature sur le marché. Le risque ? Des bugs, des incohérences, voire même une certaine confusion des utilisateurs les moins avertis.

chatterpal

×